• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

DIETPLUS - Régimes alimentaires, marchés, filières, santé publique, environnement et usage des sols

Le lancement du projet DIETPLUS a eu lieu le 19 mars 2018 à Paris.

Réunion de lancement du projet ANR DietPlus - Effets des changements de régimes alimentaires sur l’équilibre des marchés, le partage de la valeur dans les filières, la santé publique, l’environnement et l’usage des sols, le 19/03/2018 à Paris (75).
A la tribune Stephane De Cara, UMR Economie publique (Inra, AgroParisTech). © Stephan Marette
Publié le 20/03/2018

Coordonné par Stephan Marette, chercheur à UMR Economie publique (Inra, AgroParisTech), le projet DietPlus - Effets des changements de régimes alimentaires sur l’équilibre des marchés, le partage de la valeur dans les filières, la santé publique, l’environnement et l’usage des sols. se propose d’étudier les effets des changements de régimes alimentaires sur l’équilibre des marchés, le partage de la valeur dans les filières, la santé publique, l’environnement et l’usage des sols. Le projet a notamment pour objectif d'analyser les régimes alimentaires en France, en mettant l'accent sur les relations entre les mécanismes de marché et la qualité globale de ces régimes, incluant la qualité de la consommation, les améliorations de la qualité des aliments, l'utilisation des sols, les impacts environnementaux, et les améliorations en santé publique. Il a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche dans le cadre du Programme Sécurité alimentaire et défi démographique (DS05 – 2017).

Son lancement s’est déroulé le 19 mars 2018 à l’occasion d’une journée qui a réuni, à Paris, les protagonistes du projet.

 

De l’impact des changements de régimes alimentaires

Le projet DietPlus vise à estimer les impacts des changements de régimes alimentaires sur les consommateurs, les producteurs et les agriculteurs, en tenant compte précisément de l'environnement et de la santé publique. Les différents travaux se concentreront sur les secteurs de la viande, du lait et/ou du fromage.

Le projet est divisé en trois taches (en anglais Workpackage ou WP) :

  • la première se concentre sur le changement global de l'alimentation et son impact sur les marchés, avec une attention particulière pour le secteur de la viande qui est souvent en première ligne dans les débats scientifiques et publics ;
  • la deuxième détaille les innovations alimentaires et leurs impacts sur les structures du marché, en s’intéressant au développement de nouveaux produits végétaux à base de pois ou de soja, en essayant de combiner des approches du génie alimentaire et de l’économie de la consommation ;
  • la troisième examine la politique optimale qui pourrait améliorer la qualité globale des régimes alimentaires, en tenant compte des résultats des approches précédentes. On s’intéressera notamment à l’impact d’instruments tels que les taxes et/ou les subventions dépendant de la qualité des produits, les normes, ou encore les labels…

DietPlus mobilisera différentes disciplines : la microéconomie appliquée et l’ingénierie alimentaire seront utilisées pour analyser tous les ajustements de marchés ; les travaux d'économétrie, d'économie expérimentale et les analyses industrielles conduiront à des estimations quantifiées des ajustements de marchés, provenant de ces changements de régimes.

 

DietPlus en chiffres

DietPlus mobilise quatre unités de recherche

  • Alimentation et sciences sociales - Aliss (Inra)
  • Economie publique - EcoPub (Inra, AgroParisTech)
  • Génie et microbiologie des procédés alimentaires - GMPA (Inra, AgroParisTech)
  • Toulouse School of Economics - TSE (CNRS, Inra, EHESS, Univ. Toulouse 1 Capitole)

Il bénéficie d’un financement de 399 341 euros de l’Agence nationale sur une période de 36 mois (2018-2020).