• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Une délégation Inra en Chine lors d’une conférence sur les papillons ravageurs du genre Spodoptera

De la génomique fonctionnelle à la lutte contre les papillons ravageurs du genre Spodoptera.

Photo de groupe, Conférence internationale sur la gestion des ravageurs du genre Spodoptera en agriculture (en anglais, International Conference on Management of Destructive Agricultural Pests Spodoptera (Noctuidae), 14-17 novembre 2017, Chongqing (Chine).
Y ont pris part
Emmanuelle Jacquin-Joly et de Claire Meslin-Auclair, Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris (Univ. Pierre et Marie Curie, CNRS, Inra, IRD, Univ. Paris 7, Univ. Paris-Est Créteil Val de Marne) – IEES Paris, Versailles ;
deux personnes de l’UMR Diversité, génomes et interactions microorganismes-insectes - DGIMI (Inra, Univ. Montpellier), Montpellier ;
deux personnes de la plateforme de bioinformatique pour les arthropodes des agroécosystèmes - Bipaa, Rennes.
 
Mis à jour le 25/01/2018
Publié le 10/01/2018

Du 14 au 17 novembre 2017, Emmanuelle Jacquin-Joly et Camille Meslin-Auclair, Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris (Univ. Pierre et Marie Curie, CNRS, Inra, IRD, Univ. Paris 7, Univ. Paris-Est Créteil Val de Marne), étaient en Chine où elles ont participé à la conférence Internationale sur la lutte contre les insectes ravageurs du genre Spodoptera.

La Chine, une conférence internationale, de futures collaborations

Organisé par le Professeur Kazuei Mita et son équipe (Université de Chongqing), ce congrès international a mobilisé des scientifiques des cinq continents, dans l’objectif de partager les données et les outils de génomique fonctionnelle disponibles et d’envisager les futures actions et collaborations afin d’accélérer la lutte contre les papillons ravageurs du genreSpodoptera.

Une délégation française avait été invitée à cette occasion. Aux côtés d’E. Jacquin-Joly et de C. Meslin-Auclair, Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris (Univ. Pierre et Marie Curie, CNRS, Inra, IRD, Univ. Paris 7, Univ. Paris-Est Créteil Val de Marne) – IEES Paris, Versailles, y prenaient part Emmanuelle d’Alençon et Bernard Duvic, UMR Diversité, génomes et interactions microorganismes-insectes - DGIMI (Inra, Univ. Montpellier), Montpellier et Stéphanie Robin et Fabrice Legeai de la plateforme de bioinformatique pour les arthropodes des agroécosystèmes  - Bipaa, Rennes.

Génomes de Spodoptera, olfaction et gustation

Ce congrès faisait plus particulièrement écho à la publication courant 2017 de plusieurs génomes de noctuelles. L’occasion pour E. Jacquin-Joly et C. Meslin-Auclair de présenter leurs travaux en cours sur le génome de la noctuelle du coton, Spodoptera littoralis, et sur les récepteurs olfactifs de ce papillon.

Dès 2013, l’équipe d’E Jacquin-Joly a contribué à l’annotation des gènes chimiosensoriels des génomes de papillons ravageurs de la famille des Noctuidae :

  • Spodoptera frugiperda, la légionnaire d’automne, en collaboration avec l’UMR Diversité, génomes et interactions microorganismes-insectes (Inra, Univ. Montpellier) ;
  • Spodoptera litura, la noctuelle des cultures florales, en collaboration avec l’équipe de K. Mita ;
  • Helicoverpa armigera, la noctuelle de la tomate,et Helicoverpa zea - sa chenille se nourrit des épis de maïs dans lesquels elle creuse des galeries -, en collaboration avec l’Organisation fédérale pour la recherche scientifique et industrielle de Canberra, en Australie (en anglais, Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation ou CSIRO).

Le travail actuel de l’équipe d’E Jacquin-Joly autour du génome de S. littoralis et l’ensemble de ces études, permettront à court terme de développer des approches de génomique comparative et évolutive sur la spéciation, la polyphagie ou la résistance aux insecticides. Autant de sujets dont l’intérêt dépasse aujourd’hui largement nos frontières.

 

Photo de groupe, Conférence internationale sur la gestion des ravageurs du genre Spodoptera en agriculture (en anglais, International Conference on Management of Destructive Agricultural Pests Spodoptera (Noctuidae), 14-17 novembre 2017, Chongqing (Chine).
Y ont pris part
Emmanuelle Jacquin-Joly et de Camille Meslin-Auclair, Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris (Univ. Pierre et Marie Curie, CNRS, Inra, IRD, Univ. Paris 7, Univ. Paris-Est Créteil Val de Marne) – IEES Paris, Versailles ;
La délégation française en visite au sanctuaire des pandas à Chengdu, Sichuan, Chine.
De gauche à droite :
Fabrice Legeai, plateforme de bioinformatique pour les arthropodes des agroécosystèmes - Bipaa, Rennes
Emmanuelle d’Alençon et Bernard Duvic, UMR Diversité, génomes et interactions microorganismes-insectes - DGIMI (Inra, Univ. Montpellier), Montpellier
Stéphanie Robin (BIPAA)
Camille Meslin-Auclair et Emmanuelle Jacquin-Joly, Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris (Univ. Pierre et Marie Curie, CNRS, Inra, IRD, Univ. Paris 7, Univ. Paris-Est Créteil Val de Marne) – IEES Paris, Versailles.
 . © Inra
© Inra

  

Ce voyage en Chine a aussi été l’occasion pour la délégation française de découvrir le sanctuaire des pandas du Sichuan ainsi que les sculptures rupestres de Dazu, classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

En savoir plus

Gouin et al. (2017) Two genomes of highly polyphagous lepidopteran pests (Spodoptera frugiperda, Noctuidae) with different host-plant ranges. Sci. Reports, 7, 11816

Pearce et al. (2017) Genomic innovations, transcriptional plasticity and gene loss underlying the evolution and divergence of two highly polyphagous and invasive Helicoverpa species. BMC Biology, 15, 63.

Cheng et al. (2017) Genomic adaptation of Noctuidae to polyphagy, pesticides and wide distribution in East Asia. Nature Ecol. Evol.,1, 1747.