• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Réduire le recours aux pesticides et engrais de synthèse en utilisant des plantes compagnes légumineuses

Alternative agro-écologique possible aux intrants de synthèse, l’association de plantes de services légumineuses à une culture de rente diminue globalement la pression des mauvaises herbes sans réduire le rendement des cultures. Une pratique qui gagnerait à être évaluée plus précisément pour être proposée aux professionnels.

Inflorescence de trèfle violet.. © Inra, MOUSSET-DECLAS Claire
Mis à jour le 11/01/2018
Publié le 14/11/2017

L’évolution de l’agriculture vers la durabilité passe notamment par la mise en œuvre de pratiques nouvelles, à même de limiter le recours aux intrants de synthèse (pesticides et engrais). Parmi ces pratiques, l’association d’une culture de rente avec une plante de couverture non récoltée appelée « plante compagne » s’est révélée efficace pour lutter contre les mauvaises herbes. Cependant, si les plantes compagnes entrent en concurrence avec les mauvaises herbes vis-à-vis de la lumière, des nutriments et de l'eau, elles peuvent également concurrencer la culture de rente. Les espèces associées doivent donc être choisies et conduites avec soin.

Une méta-analyse pour une alternative aux intrants de synthèse

Analysant les données de 34 articles scientifiques internationaux, des chercheurs de l’Inra ont quantifié les effets des plantes compagnes sur la régulation des mauvaises herbes et les rendements des récoltes et analysé leurs sources de variabilité.

Ils ont ainsi examiné différents systèmes de cultures impliquant une culture commerciale annuelle associée à celle d’une légumineuse compagne (non-récoltée) soit pas moins de 476 combinaisons site × année × espèces de plantes cultivées × espèces de plantes compagnes qui ont été comparées à des témoins sans plante compagne, dans des systèmes désherbés et non-désherbés. Ils ont analysé l’effet de trois variables, le type de culture de rente (céréales à paille, maïs ou autres), le type de semis (semis de la culture dans un couvert vivant de plantes compagnes, semis synchronisé des différentes espèces ou semis des plantes compagnes directement dans la culture en relais) et le chevauchement entre les périodes de croissance des plantes de la culture de rente et les plantes compagnes.

Réduire la pression des mauvaises herbes sans diminuer le rendement

Les scientifiques de l’Inra ont ainsi montré qu’en considérant l’ensemble des situations expérimentales, les plantes compagnes diminuent la biomasse de mauvaises herbes, de 56 % par rapport à un traitement témoin non désherbé et de 42 % par rapport à un traitement désherbé, sans qu’un effet significatif sur les rendements n’ait pu être démontré. La mise en place d’une culture avec une plante compagne a réduit la biomasse des mauvaises herbes et augmenté le rendement de la culture de rente par rapport aux traitements témoins non désherbés ou désherbés, respectivement dans 52 % et 36 % des situations. Une biomasse supérieure de mauvaises herbes associée à un rendement plus faible a été observée dans seulement 13 % et 26 % des cas, respectivement.

Tous les types de culture de rente et types de semis bénéficient de ces avantages, mais avec des effets plus importants et plus significatifs pour les comparaisons à des traitements non désherbés. Les avantages de l’association d’une culture avec une plante compagnes sont particulièrement marqués pour le maïs, avec des rendements supérieurs de 37 % à ceux des traitements témoins non désherbés. Les autres variables explicatives testées n'ont pas eu d'effet significatif sur le contrôle des mauvaises herbes.

 

Ainsi, à la faveur de cette méta-analyse, il apparait que l'utilisation d’espèces légumineuses utilisées en plantes compagnes de cultures de rente améliore globalement le contrôle des mauvaises herbes sans réduire le rendement des cultures, par rapport à des témoins non désherbés. Afin d’encourager la diffusion de cette technique parmi les agriculteurs, les conditions donnant lieu à des situations gagnant-gagnant seront explorées plus en détail très prochainement.

Des légumineuses comme compagnon de route

L’analyse de grande envergure réalisée au cours de ce travail concernait

  • 15 cultures annuelles de rente : avoine, blé, épeautre, orge, triticale, maïs, chou, coriandre, courge, fève, lin, lupin, pois et soja ;
  • 26 plantes annuelles ou pérennes de la famille des Fabacées, connues sous l’appellation de légumineuses, parmi lesquelles : trèfles, luzernes, lotier, fenugrec, pois, arachide, astragale, indigo, mélilot et autre niébé ;
  • 17 pays des continents africain (Nigeria), américain (Canada et Etats-Unis, Argentine et Mexique), asiatique (Iran, Timor oriental, Japon) et européen (Allemagne, Autriche, Danemark, Estonie, France, Italie, Lituanie, Norvège, Suède).

Référence

Valentin Verret, Antoine Gardarin, Elise Pelzer, Safia Médiène, David Makowski,Muriel Valantin-Morison. Can legume companion plants control weeds without decreasing cropyield? A meta-analysis. Field Crops Research, 2017, 204: 158-168.