• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

L’expertise Inra au service de l’Observatoire de la santé des sols du Grand Rovaltain

Jeudi 22 septembre 2017, réunion inaugurale de Rovalterra

Réunion inaugurale de Rovalterra, l’Observatoire de la santé des sols du Grand Rovaltain. Jeudi 22/09/2017, Bourg-lès-Valence (26).
En présence de
Nathalie Cheviron et Christian Mougin, UMR Ecologie fonctionnelle et écotoxicologie des agrosystèmes (Inra, AgroParisTech), Centre Inra de Versailles-Grignon
Claude Bussi, UE Recherches intégrées, Inra Provence Alpes Côte d'Azur. © Emilie Egea, Fondation Rovaltain
Publié le 04/10/2017

Ressource naturelle fragile et menacée, le sol joue un rôle déterminant - produire les aliments, réguler le cycle et la qualité de l'eau, accumuler du carbone et limiter l'effet de serre, recycler les matières organiques, entretenir la biodiversité, fournir des matériaux pour la construction et l'industrie, participer à la valeur esthétique des paysages... Sous l’action de facteurs naturels et des activités humaines, il évolue de manière constante et sa capacité à fonctionner comme un système vivant traduit sa bonne santé.

Le 22 septembre 2017, à Bourg-lès-Valence, l’Observatoire de la santé des sols du Grand Rovaltain, dénommé Rovalterra, était lancé. Un projet qui bénéficie de l’expertise Inra.

Un Observatoire de la santé des sols

Né de l’initiative du syndicat mixte du Grand Rovaltain Drôme-Ardèche, l’Observatoire de la santé des sols Rovalterra s’appuie sur un comité de suivi scientifique, composé de chercheurs spécialisés dans l’étude des sols au nombre desquels on compte plusieurs experts Inra :

  • Nathalie Cheviron et Christian Mougin travaillent au sein de l’UMR Ecologie fonctionnelle et écotoxicologie des agrosystèmes (Inra, AgroParisTech) du Centre Inra de Versailles-Grignon et dirigent la plateforme Biochem-Env.
  • Claude Bussi est ingénieur dans l’Unité expérimentale Recherches intégrées (Inra Provence Alpes Côte d'Azur).

Ce comité vise à soutenir scientifiquement la mise en œuvre du projet  en apportant les connaissances nécessaires à sa réalisation ainsi qu’à l’exploitation des résultats.

Rovalterra a pour ambition notamment d’étudier sur le long terme la relation entre différents types de couverture et/ou  usages des sols (urbains et péri-urbains, agricoles, forestiers, naturels) et un ensemble d’indicateurs de la santé des sols en lien avec la lutte contre le changement climatique (séquestration du carbone) et l’adaptation aux changements qu’il induira (suivi de la biodiversité et du stockage carbone des sols, suivi d’indicateurs de la contamination des sols et de ses effets sur les organismes).

La plate-forme Biochem-Env

L’Observatoire de la santé des sols s’appuie également sur l’expertise pédagogique de deux lycées agricoles : Terre d’horizon (Romans-sur-Isère) et  Le Valentin (Bourg-lès-Valence) dont les élèves se verront confier l’échantillonnage des parcelles.

Lors de la collecte des échantillons et des campagnes d’analyses d’activités enzymatiques du sol, la plateforme analytique Biochem-Env sera mobilisée. Créée en 2012 avec le soutien de l’Inra et du projet Investissements d’avenir ANAEE-France et dédiée à l'étude des écosystèmes continentaux, dans le domaine de la biochimie environnementale, elle fait partie de l’Observatoire de l’environnement.

A terme, le projet de laboratoire mobile devrait permettre de renforcer les interactions avec les lycées en exportant sur le terrain les méthodes de mesure en laboratoire.