Les enchytréides, des bioindicateurs mal connus

Présents dans la plupart des sols du monde, les enchytréides sont des vers annelés, indicateurs des pratiques agricoles dans les agroécosystèmes.

Les enchytréides sont des vers annelés de petite taille, présents dans différents écosystèmes terrestres et aquatiques.. © Inra, Alexis Vincent
Mis à jour le 05/01/2017
Publié le 03/01/2017

Les activités anthropiques et en particulier la gestion agricole peuvent nuire aux organismes du sol. Parmi ces organismes, les enchytréides sont des vers annelés proches cousins des vers de terre. Moins connus que ces derniers, ils sont pourtant considérés comme des indicateurs de stress chimiques dans les écosystèmes terrestres et ont récemment été reconnus comme indicateurs des pratiques agricoles dans les agroécosystèmes. Des chercheurs de l’Inra Versailles-Grignon nous font partager leur enthousiasme (scientifique) pour ces petites bêtes qu’ils étudient depuis deux ans environ. Ils nous livrent les résultats de l’analyse bibliographique qu’ils ont conduite récemment sur quelques 250 articles scientifiques portant sur le sujet.

Les enchytréides abondent dans de nombreux écosystèmes,

Très représentés dans de nombreux écosystèmes, les enchytréides sont bien plus abondants que les vers de terre dans les sols. On trouve ainsi de 10 000 à 300 000 individus par mètre carré, avec une diversité allant jusqu’à une vingtaine d’espèces par échantillon contre 50 à 350 individus par mètre carré et une dizaine d’espèces pour les vers de terre. Ils sont notamment très largement présents dans les milieux riches en matières organiques ou sous labour conventionnel. Bien que sensibles à l’humidité, ils tolèrent une très large gamme de conditions environnementales.

...sont faciles à utiliser

Les enchytréides ont un cycle de vie relativement court, d'environ 30 à 50 jours, ce qui en fait de bons candidats pour les expérimentations en laboratoire. De plus, ils sont faciles à échantillonner dans les sols. Cependant, ils sont peu étudiés en raison des difficultés liées à l’identification des individus au niveau de l’espèce. L'écologie fonctionnelle de ces organismes reste donc encore mal connue.

et jouent un rôle clé dans le fonctionnement des sols

Enchytréides et vers de terre ont des rôles fonctionnels similaires mais à des échelles différentes. Eu égard à leur taille, les premiers font partie de la mésofaune des sols alors que les seconds appartiennent à la macrofaune.

Les enchytréides jouent un rôle important dans la dégradation de la matière organique. Dotés d’une faible efficacité d'assimilation, ils ingèrent de grandes quantités de matière organique (plus de 2 kg de sol minéral par mètre carré dans les parcelles agricoles et par an). Ils participent également à l'évolution de la structure des sols en raison de leur comportement fouisseur, des boulettes fécales qu’ils produisent et du transport, de l’ingestion et du mélange des particules minérales et organiques du sol. Ils interviennent donc dans la porosité du sol dont ils réduisent le compactage et augmentent la conductivité hydraulique et la concentration en oxygène. Leur présence pourrait aussi influencer le développement de champignons phytopathogènes du sol.

Les enchytréides, comme indicateurs de pratiques de gestion agricole

Répondant à différents facteurs environnementaux et pressions anthropiques, sensibles aux changements, les enchytréides peuvent être considérés comme des indicateurs des pratiques de gestion agricole. Le travail du sol modifie la répartition verticale et la dominance des genres et des espèces d'enchytréides. Le labour sans retournement semble leur être favorable dans la mesure où ils profitent de l’incorporation des résidus végétaux et de la diminution des populations de vers de terre, sans être exposés aux conditions climatiques et aux prédateurs. Même s’ils paraissent être moins sensibles aux contaminants que les vers de terre, les enchytréides restent sensibles aux pesticides qu’ils peuvent accumuler.

 

Ainsi, compte tenu de leur forte activité métabolique et de leur importante capacité de résistance aux aléas climatiques et anthropiques, les enchytréides pourraient constituer un « relais fonctionnel » dans les systèmes intensifs appauvris en vers de terre et renforcer les rôles fonctionnels de ces derniers dans les systèmes moins intensifs. Leur rôle dans les sols et leur intérêt dans l’évaluation des pratiques de gestions agricoles sont autant d’éléments susceptibles d’encourager à court terme l’évaluation de leurs communautés et celles des facteurs qui les influencent dans des sites non seulement français mais également européens.

Les enchytréides, à la loupe

Les enchytréides sont de petits vers annelés blancs dont le diamètre oscille entre 0,1 et 2 mm et la longueur varie entre 6 et 50 mm. Ils vivent généralement dans les premiers centimètres du sol (5 à 10 cm).

S’ils font le délice des mille-pattes, nématodes, acariens et autres habitants du sol, ils consomment majoritairement des microorganismes et des déchets de matière organique en ingérant directement le sol.

Leur corps est couvert de récepteurs qui leur permettent de repérer la nourriture, mais aussi d’éviter les substances chimiques qui leur sont toxiques. Cette caractéristique en fait de très bons bio-indicateurs dans les tests éco-toxicologiques. A ce jour, un peu plus de 200 espèces d’enchytréides terrestres ont été décrites en Europe.

En savoir plus

Pelosi C. and Römbke J. 2016. Are Enchytraeidae (Oligochaeta, Annelida) good indicators of agricultural management practices? Soil Biology and Biochemistry 100, 255. doi 10.1016/j.soilbio.2016.06.030.