• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Le collectif CarboSMS - Carbone des sols, mécanismes de stabilisation

Le stockage ou déstockage du C dans les sols est la conséquence de mécanismes interconnectés, biotiques et abiotiques, agissant à des échelles fines. Le collectif CarboSMS a pour objectif de fédérer les recherches sur ces mécanismes et leur action sur les stocks de C dans un contexte de changement local ou global (usage des sols, pratiques agricoles, conditions climatiques ou édaphiques...).

Sol. © fotolia
Mis à jour le 05/09/2017
Publié le 06/07/2017

L’initiative internationale « 4 pour 1000 » a pour ambition de soutenir Etats et acteurs non gouvernementaux dans leurs efforts vers une meilleure gestion des stocks de carbone (C) des sols. Ces stocks dépendent des entrées et sorties de C dans les sols. Ils sont la conséquence de mécanismes interconnectés, agissant à une échelle spatiale fine, qui conduisent au stockage ou déstockage du C présent dans les matières organiques (MO).

Un collectif scientifique pour une question de recherche

La nécessité de fédérer les recherches sur ces mécanismes a conduit à la création du collectif CarboSMS - Carbone des sols, mécanismes de stabilisation. Ce collectif regroupe quelques 120 personnes,  chercheurs, doctorants et post-doctorants, ingénieurs, et équipes à l’échelle nationale qui travaillent sur les mécanismes de stabilisation du C dans les sols. Il se structure autour d’une question de recherche indépendamment de l’appartenance institutionnelle de chacun.

Ce collectif a d’ores et déjà organisé un séminaire scientifique (mars 2016) sur les processus et mécanismes de stabilisation du C dans les sols et contribué, au travers d’un article de synthèse, à la réflexion « 4 pour 1000 » autour de l’axe  « Mécanismes de stabilisation du C dans les sols ».

 Un point sur les avancées récentes et des perspectives

Séminaire et article ont fait le point sur les avancées récentes sur la compréhension des mécanismes de stabilisation. Les mécanismes biotiques correspondent aux effets des plantes (principale source de C, notamment à travers leurs systèmes racinaires), des micro-organismes (champignons et bactéries) et des ingénieurs de l’écosystème (vers de terre, termites, fourmis) sur les stocks de C organique du sol. Les processus abiotiques sont liés à la structure physique du sol, à l’organisation de sa porosité et à sa fraction minérale : inclusion de la MO dans les agrégats, association aux minéraux…. Ces mécanismes biotiques et abiotiques se déroulent de façon concomitante et en interaction.

Parallèlement, deux pistes de réflexion ont été dégagées : la première vise à analyser l’état des connaissances des mécanismes de dynamique des MO en jeu dans les pratiques agricoles et sylvicoles. La seconde cherche à identifier comment une meilleure prise en compte des mécanismes de stabilisation des matières organiques des sols (via des indicateurs ou via la modélisation) peut permettre d’améliorer les prévisions d’évolution de stock de carbone du sol.

Les réflexions du collectif se poursuivront lors du séminaire ResMO2018 organisé par le Réseau Matières organiques à Trégastel du 4 au 8 février2018. Au cours de ce séminaire, une session sera consacrée aux mécanismes de stabilisation des matières organiques et à l’estimation des stocksde carbone des sols.

En savoir plus

Dignac M.-F. et al. 2017. Increasing soil carbon storage: mechanisms, effects of agricultural practices and proxies. A review. Agronomy for Sustainable Development 37: 14.

Derrien D. et al.  2016. Stocker du C dans les sols : Quels mécanismes, quelles pratiques agricoles, quels indicateurs ? Etude et Gestion des Sols 23 : 193.