Anne-Lise Boixel, lauréate de l'Académie d'agriculture de France pour son mémoire

Diversité spécifique et variétale et septoriose du blé

Anne-Lise Boixel, lors de son stage de fin d'études dans l'UMR Ecologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes – EcoSys (Inra, AgroParisTech). © Inra, Tiphaine Vidal
Mis à jour le 09/12/2016
Publié le 19/07/2016

Cet automne, Anne-Lise Boixel recevra le Prix de la fondation Xavier Bernard de l’Académie d’agriculture de France pour son mémoire de fin d’études. Une distinction dont l’annonce fait déjà le tour (ou presque) des médias.

La septoriose du blé comme sujet d’étude

Etudiante au sein d’AgroCampusOuest Rennes, A.-L. Boixel a réalisé son stage de fin d’études dans l’UMR Ecologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes – EcoSys (Inra, AgroParisTech).

Durant six mois, de février à septembre 2015, A.L. Boixel a travaillé, dans la cadre du projet Wheatamix, sur l’intérêt de la diversité spécifique et variétale à l’échelle de la parcelle agricole pour limiter la progression de la septoriose du blé, sous la direction de Tiphaine Vidal et Sébastien Saint-Jean. Ses travaux ont montré que les associations culturales composées de plantes différant par leur architecture peuvent modifier un certain nombre de variables (conditions de température et d’humidité au sein des couverts végétaux, proportion de tissus sensibles ou dispersion des agents pathogènes) qui vont pouvoir, à leur tour, affecter la dynamique de développement de la septoriose. Ils ont révélé que des associations de variétés constituées de composantes présentant une hétérogénéité architecturale pouvaient réduire la progression de maladie fongique dispersée par l’action de la pluie par rapport aux cultures monovariétales ou aux associations variétales classiques, laissant alors entrevoir des perspectives intéressantes.

 

Brillamment soutenu à l’automne de la même année, son mémoire sonnait la fin de sa formation, permettant à A.-L. Boixel d’obtenir le diplôme d’Ingénieur agronome. Récemment, A.-L. Boixel a débuté une thèse de doctorat en Sciences agronomiques et consacre ses travaux à la réponse de l’agent de la septoriose du blé, Zymoseptoria tritici, à la température et à sa capacité à s'adapter à des environnements climatiques fluctuants, sous la direction de Frédéric Suffert – UMR Biologie et gestion des risques en agriculture (UMR Bioger - Inra, AgroParisTech) et Michaël Chelle – UMR EcoSys dans un environnement qu’elle connait bien.

 

Le Prix de mémoire de fin d'études de la fondation Xavier Bertrand

 

Décerné par l’Académie d’agriculture de France, le Prix de mémoire de fin d'études de la fondation Xavier Bertrand est un prix annuel qui récompense les élèves des établissements d'enseignement supérieur agronomique, publics et privés, qui auront présenté, au moment de la sortie de leur école, les meilleurs mémoires de fin d'études.

Aujourd’hui, A.-L. Boixel rejoint les nombreux lauréats distingués à ce titre par l’Académie d’agriculture, parmi lesquels

  • Christophe Gigot (2010) pour son mémoire consacré à la progression de la septoriose du blé au sein d’associations culturales sous l’action de la pluie, réalisé également dans l’UMR EcoSys, en collaboration avec l'UMR Bioger ;
  • Geneviève N'Guyen (1990), aujourd’hui maître de conférence au sein de l’UMR Agroécologie, innovations et territoires (Inra, INP Toulouse) ;
  • Christian Lannou (1988), directeur de recherche et Chef du Département Santé des plantes et environnement de l’Inra ;
  • Maryse Brancourt (1987), directeur de recherche - UR Agroressources et impacts environnementaux et Alain Charcosset (1987), directeur de recherche dans l’UMR Génétique quantitative et évolution – Le Moulon (Inra, Univ. Paris Sud, CNRS, AgroParisTech).

Une distinction qui laisse présager de nombreuses et valeureuses perspectives.

Contact(s)
Département(s) associé(s) :
Environnement et agronomie
Centre(s) associé(s) :
Versailles-Grignon