Allison Loconto, expert auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture

Chercheur en sociologie, A. Loconto s’intéresse à l’innovation responsable

Allison Loconto est chargée de recherche, Laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (Inra, Univ. Paris Est Marne-la-Vallée, CNRS, ESIEE, Ecole des Ponts ParisTech), Inra Versailles-Grignon.
Champ de quinoa, Amérique du Sud.. © Inra, A. Loconto
Mis à jour le 23/03/2017
Publié le 19/08/2015

Titulaire d’un doctorat en sociologie  (Univ. Michigan State, US) consacré à l'utilisation de normes de durabilité en tant que dispositifs de marché dans la gouvernance des chaînes de valeur mondiales, forte d’une expérience qu’elle a construite aux quatre coins du globe, Allison Loconto a été recrutée en mars 2013 à l’Inra, au sein du Laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (Inra, Univ. Paris Est Marne-la-Vallée, CNRS, ESIEE, Ecole des Ponts ParisTech) en qualité de chargée de recherche.

Ses travaux portent sur les questions socio-économiques soulevées par le développement, la mise en œuvre et l'évaluation des normes de durabilité dans les systèmes agro-alimentaires mondiaux.

Voyage (s) à Rome

Dès octobre 2013, A. Loconto s’est envolée pour Rome (IT) où elle a été  invitée en qualité d’expert auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (en anglais, FAO). Une organisation internationale qui lui est (presque) familière puisqu’elle y a travaillé de 2002 à 2006.

Au sein de la division Infrastructures rurales et agro-industries (AGS) de la FAO, Allison s’intéresse plus particulièrement aux normes volontaires et aux innovations institutionnelles qui révèlent des pratiques agricoles durables en lien avec les marchés pour les produits dits durables.

Innovation et recherche responsables : au coeur du projet Res-Agora

C’est dans le cadre du projet européen Res-Agora (en anglais, Responsible research and innovation in a distributed anticipatory governance frame. A constructive socio-normative approach), qu’Allison inscrit son travail actuel  au siège de la FAO.

Globalement, Res-Agora a pour objectif de proposer les éléments de cadrage  d’une gouvernance d’une innovation et d’une recherche responsables (RRI) vis-à-vis notamment des grands défis sociaux et environnementaux auxquels nos sociétés sont confrontées.  Il déploie différents modules de travail qui visent à produire une analyse comparative des mécanismes de gouvernance des RRI existants et de leurs fondements dans différents domaines scientifiques et technologiques, et une surveillance continue des tendances et des développements de RRI en Europe ou à l’international.

Dans ce contexte, les normes volontaires pour l'agriculture et l'alimentation ou  les systèmes de garantie participatifs constituent, au cœur des chaînes de valeurs, des exemples de gouvernance des innovations responsables (et de fait des RRI). A la croisée de la recherche, du marché et des outils d'évaluation, ils deviennent des espaces intéressants qu’Allison explore, à la faveur de documents, analyses, interviews et autres observations de terrain, dans le cadre de son travail à la FAO.

Res-Agora, en chiffres

Coordonné par l’Institut Fraunhofer pour le soutien à la recherche appliquée (DE), Res-Agora réunit les universités de Twente (NL) et Padoue (IT), le Conseil danois de la technologie (DK), l’Institut des hautes études et de la conjoncture (AT), les universités de Manchester (GB), Aarhus (DK) et Paris-Est Marne-la-Vallée (FR). Il bénéficie d’un financement de 3 millions d’euros au titre du 7ème Programme cadre de la Commission européenne, sur trois ans (2013-2016).

En savoir plus...

Aujourd’hui, tandis que les touristes déambulent dans les rues d’une capitale italienne écrasée par le soleil estival, Allison et ses collègues mettent la dernière touche à la synthèse de leur travail. Plusieurs fois présenté à l’occasion de conférences internationales - tout récemment encore à Bogota (CO) ou prochainement à Lagos (NG), l’ensemble de ce travail sera rassemblé d’ici fin 2015 dans un livre destiné à la FAO et aux pays membres comme au plus grand nombre.

Loconto, A., Poisot, A.S. and P. Santacoloma (Eds.). Sustainable practices, sustainable markets? Exploring institutional innovations that link sustainable agricultural practices with markets. Food and Agriculture Organization of the United Nations (Rome, IT).

Une réalisation qui viendra s’ajouter à la liste, déjà fort honorable, des publications de cette jeune chercheuse et qui devrait lui permettre d‘achever en beauté ce séjour romain dans le courant du mois de décembre 2015.

Agro-écologie : positionnement des recherches de l'Inra et du Cirad. © Inra

Agroécologie, une voie majeure pour l’Inra et le Cirad

En tant que discipline scientifique, l’agroécologie est souvent présentée comme le croisement des sciences de l’écologie et de l’agronomie en appui à la conception et à la gestion d’agro-écosystèmes durables. Elle mobilise également les sciences économiques et sociales pour concevoir des systèmes multi-performants et accompagner leur déploiement par des politiques publiques et d’accompagnement adaptées. Elle dessine ainsi un nouveau paradigme pour concevoir des systèmes alimentaires durables.

Le concept d'agroécologie était discuté lors du symposium FAO, du 23 au 25 novembre 2016 à Budapest (Hongrie). Allison Loconto a présenté les innovations institutionnelles favorisant les marchés locaux pour une agriculture durable.
> En savoir plus