• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Aurélie Maurice reçoit le prix Jean Trémolières 2014.

Les travaux de thèse d’A. Maurice en sociologie de l’alimentation distingués par l’Institut Delessert.

Aurélie Maurice, UR Aliemntation et sciences sociales, Inra Versailles-Grignon © Raphaël Cei
Publié le 04/03/2015

Aurélie Maurice, chercheur au sein de l’unité de recherche Alimentation et sciences sociales (Inra Versailles-Grignon) est l’heureuse lauréate du Prix "Jean Trémolières 2014" décerné par l'Institut Delessert, pour ses travaux de thèse consacrés aux " Préadolescents comme ressorts des actions de santé publique. Analyse d'un projet d'éducation alimentaire". Les résultats ont été dévoilés le 05 février 2015.

Préadolescents et éducation à la santé : une combinaison qui peut être gagnante

Dans un contexte national de politique nutritionnelle visant entre autres à réduire la prévalence de l’obésité, des actions locales sont mises en place. Ce sont de telles actions que la thèse d’Aurélie a analysé à travers la façon dont des préadolescents se réapproprient un projet d’éducation alimentaire qui se déroule dans leur classe. En prenant le point de vue des préadolescents, Aurélie a cherché à comprendre les processus en jeu dans la réception, la réutilisation dans différents contextes (en classe, à la cantine, dans la cour) et la diffusion au sein de la famille du projet. Une enquête ethnographique a été menée dans deux collèges différents d’un point de vue socio-économique qui mettent en place un projet d’éducation alimentaire dans une classe de cinquième. Grâce à des observations participantes du groupe-classe au collège et à des entretiens semi-directifs dans les familles, Aurélie a pu reconstituer des configurations singulières permettant de dégager un cadre interprétatif de l’adoption ou non d’une attitude de messager du projet au sein de sa famille. Ses résultats montrent le rôle central joué par le groupe de pairs dans la réceptivité des préadolescents au projet. Les deux collèges se différencient quant à l’image du projet au sein de la classe : le projet est beaucoup moins bien perçu par les élèves dans le collège défavorisé. Cette image plus négative explique en partie pourquoi un moins grand nombre d’élèves de ce collège adoptent une attitude de messager dans leur famille. Ainsi, l’effet du groupe de pairs se fait sentir jusque dans la sphère familiale.

Rappelons que ce travail a été réalisé sous la direction de Régine Sirota (Université Paris Descartes) et de Séverine Gojard (UR Alimentation et sciences sociales, Inra Versailles-Grignon) et a bénéficié d’un soutien financier de la Fondation Nestlé et de l’Inra - Département Sciences sociales, agriculture et alimentation, espace et environnement.

Le Prix Jean Trémolières pour un ouvrage éclairant en sciences humaines

Décerné depuis 1986, le Prix "Jean Trémolières" récompense un ouvrage éclairant les sciences humaines liées à la nutrition, les habitudes et comportements alimentaires individuels ou collectifs. Le Prix, d’un montant de 3000 €, sera remis à Aurélie à l’occasion d’une demi-journée de conférences prévue au mois d'octobre ou novembre prochain sur un thème lié à son sujet de thèse. Un grand moment qu’elle attend avec plaisir.

 

Ingénieure agronome, son doctorat en Science de l’éducation en poche, Aurélie a débuté il y a peu un stage post-doctoral au sein de l’UR Aliss. Si ce nouveau projet (ANR AlimaSens 2015-2018) lui fait faire un grand pas dans le temps puisque son objectif est de rendre compte des évolutions des habitudes alimentaires lors du passage à la retraite, il s’inscrit dans la continuité de ses précédents questionnements dans la mesure où il s’intéresse à l’impact des politiques nutritionnelles sur les pratiques alimentaires.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :