• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Le rapport “Science in society: caring for our future in turbulent times” obtient le prix John Ziman 2014

Un ouvrage collectif auquel a contribué Pierre-Benoit Joly, Inra Versailles-Grignon.

Débat sciences-société. © inra, Nathalie Mansion
Mis à jour le 27/11/2015
Publié le 09/10/2014

Publié par la Fondation européenne de la science, le rapport « Science in society: caring for our future in turbulent times » est un ouvrage collectif auquel ont collaboré plusieurs scientifiques européens dans le domaine des sciences et des technologies, dont Pierre-Benoit Joly, chercheur au sein de l’UR Sciences en société (Inra Versailles-Grignon) et directeur de l’Institut francilien Recherche, Innovation, Société (IFRIS).

 

Un prix international prestigieux

Ce rapport a obtenu le prix John Ziman 2014, décerné par l’Association européenne des études sociales sur les sciences et les techniques (en anglais European Association for the Social Study of Science and Technology, EASST).

Le prix John Ziman récompense les coopérations innovantes qui contribuent à promouvoir la compréhension par le public des dimensions sociales de la science.Les résultats ont été annoncés le 19 septembre 2014, lors de la conférence bisannuelle de l’EASST, à Torun (PL).

Rappelons que John Michael Ziman (1925-2005) est un physicien néo-zélandais. Tout à la fois, philosophe et humaniste, il a largement exploré les dimensions sociales de la science. Personnage clé dans la formation de l’EASST, il en a été son président de 1983 à 1986.

 

Ré-éxaminer les relations entre science et société

Ce rapport « Science in society: caring for our future in turbulent times » ré-examine les rapports entre science et société dans un contexte aujourd’hui marqué par l’austérité et les appels au soutien à l’innovation. Il préconise d’abandonner la tendance récente à soutenir des développements technologiques précis, pour aller vers une organisation plus ouverte des interactions entre les espaces de la science et de la société.

Les principales recommandations touchent ainsi cinq domaines que sont : la combinaison de l’excellence avec la pertinence et la responsabilité ; les activités sciences/société dans les projets de recherche ; les questions de pluralité ; les espaces dédiés aux relations sciences/société et le temps et l’espace consacrés au travail réflexif.

Le conseil de l’EASST souligne ainsi que … « ce rapport propose un cadre large et original pour aborder les questions concernant science et société : il s’empare des notions de diversité et de réflexivité et propose de les décliner dans les domaines politiques et pratiques; articule les notions de pertinence et de responsabilité en lien avec la prévention plutôt que le contrôle, et fait écho aux thèmes contemporains que sont la crise, l'austérité et la gouvernance. Enfin, il porte l’engagement des politiques publiques dans les domaines de la science et de la société ».

Une reconnaissance qui salue entre autre, l'investissement de l’unité de recherche Sciences en société autour des dynamiques d’élaboration et de mobilisation des productions scientifiques et techniques en société.