Innovine : associer gestion innovante du vignoble et diversité génétique pour une viticulture durable en Europe

Le lancement du projet européen Innovine a eu lieu mardi 12 février 2013, lors d’un colloque à l’INRA de Versailles-Grignon. Coordonné par l’INRA, ce projet a pour ambition d'aider le secteur européen de la vigne à concilier la demande des consommateurs pour des vins de haute qualité, produits dans des conditions durables et les besoins des producteurs en matériel végétal et méthodes qui prennent en compte les impacts du changement climatique.

Grappe du cépage Gamay Debouze noir. © BRUNO Jean-Pierre
Mis à jour le 14/02/2013
Publié le 14/02/2013

L'Union européenne (UE) représente 50 % des surfaces mondiales plantées en vigne, soit 3,64 millions d'hectares dont 96 % sont consacrés à la production de vin. C’est également 60 % de la production mondiale de vin soit 156 millions d'hectolitres (2010/2011).

Aujourd’hui, le secteur vitivinicole européen doit faire face à de nombreux défis : le changement climatique qui a le potentiel d’affecter les équilibres cépage-terroir mais aussi l’incidence des agents pathogènes actuels du vignoble ; la nécessité de développer des méthodes de productions agricoles respectueuses de l’environnement et durables ; une consommation qui change de profil en termes de produits et de rythme de consommation et enfin la croissance de l’offre mondiale et la diminution du soutien public. Dans contexte, le secteur vitivinicole doit dynamiser sa compétitivité pour assoir une viticulture durable en Europe.

Piloté par Anne-Françoise Adam-Blondon, directrice de recherche à l’INRA de Versailles-Grignon, le projet européen Innovine s’inscrit dans cette ambition. Il a pour objectif de :

  • concevoir des pratiques agricoles (gestion du couvert végétal, irrigation, fertilisation…) à même de maximiser la qualité de la vendange dans un environnement fluctuant (épidémies, résistance au changement climatique…) ;
  • exploiter les connaissances fournies par la génomique européenne et internationale en vue d'améliorer et de diversifier les variétés de vignes adaptées à ces nouvelles pratiques viticoles ;
  • développer des outils d’aide à la décision pour faciliter le travail des viticulteurs tout en prenant en compte la spécificité des vignobles européens et de leurs exploitations.

A terme, ce projet conciliera avancées scientifiques, développements technologiques et applications industrielles au service d’une viticulture durable.

Innovine en chiffres

  • 27 partenaires européens

14 partenaires académiques
 Institut National de la Recherche Agronomique (FR)
 Université Bordeaux II (FR)
 Institut de Recherche en Sciences et Technologies pour l'Environnement (FR)
 Geisenheim Research Centre (DE)
 Julius Kühn-Institut (DE)
 Agencia Estatal Consejo Superior d’Investigaciones Científicas (ES)
 Instituto de Tecnologia Química e Biológica (PT)
 Instituto Superior d’Agronomia (PT)
 University of Pecs (HU)
 Istituto di Genomica Applicata (IT)
 Università degli Studi di Verona (IT)
 Università Cattolica del Sacro Cuore (IT)
 Università deglui Studi di Milano (IT)
 AgroBioInstitute (BG)

12 partenaires privés
 Noveltis SAS, Force-A SA (FR) ; Miguel Torres SA, Viveros Provedo SA, Bodegas Roda SA (ES) ; VINZAVOD AD (BG), VINIDEA SRL, Horta SRL, VIVAI COOPERATIVI RAUSCEDO SOCIETA COOPERATIVA AGRICOLA (IT) ; SCHLOSS VOLLRADS GMBH & CO. BESITZ KG (DE), Agriciencia (PT), INRA Transfert (FR)

1 institut technique
 Institut français de la vigne et du vin (FR)

  • 4 ans de recherche et d’innovations (2013 – 2016)
  • 6 millions d’euros de soutien de l’Union européenne au titre du 7ème Programme cadre de recherche et développement (7ème PCRD ou FP7).