• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Cultiver en sol salé, tout est dans la dose

En terrain salé, la capacité de production d’une plante est un facteur plus important que sa capacité à émerger.

Examen d'une parcelle d'orge de printemps semée après les inondations de la tempête xynthia en remplacement des cultures détruites. La salinité du sol a empêché la bonne croissance des plantes. © NICOLAS Bertrand
Mis à jour le 26/08/2013
Publié le 07/04/2012
Mots-clés : CULTURE - PLANTE - SALINITE - SOL

Cultiver des sols salés nécessite d’adopter des méthodes d’aménagement appropriées. Parmi celles-ci le choix des variétés ou des espèces tolérantes à la salinité du sol, reste incontournable.

De l’aptitude des plantes à produire sur les sols salés

Des chercheurs de l’Inra Versailles-Grignon ont testé une hypothèse avancée par plusieurs auteurs dans la littérature, selon laquelle l’aptitude à émerger en milieu salin, pourrait être un indicateur de la potentialité des variétés à produire sur les sols salés. Cette hypothèse est particulièrement séduisante, car le test d’émergence peut concerner un nombre élevé d’échantillons et ne nécessite pas des laboratoires spécialisés. (Le test d'émergence consiste à établir, dans des conditions d’environnement et de semis identiques, le rapport entre le nombre des plantes émergées sur un sol ayant un niveau de salinité donné et le nombre des plantes émergées sur un sol conventionnel. Il est par ailleurs facile à réaliser).
Les relations entre les taux d’émergence et la productivité finale ont été analysées dans le cadre d’une étude multi variétale dont deux céréales (le blé dur et l’orge) et deux légumineuses (le pois chiche et la fève), réalisée en serre et en plein champ. Il est à souligner que les deux légumineuses font partie des espèces les plus sensibles à la salinité, et les deux céréales des espèces les plus tolérantes.

Émerger ou produire, il faut choisir

Les scientifiques ont mis en évidence que les résultats ne confirment pas l’hypothèse d’un lien étroit entre l’aptitude à émerger en milieu salin et la potentialité de production dans ce milieu.  Au contraire, des variétés, aussi bien chez les espèces sensibles que chez les espèces tolérantes à la salinité, peuvent montrer en milieu salin, un pourcentage d’émergence moindre mais une capacité élevée à produire.
Alors que certains chercheurs ont donné beaucoup d’importance à ce test d'émergence en lui attribuant une vertu d’indicateur potentiel, il n’y a pas de corrélation directe entre le taux d’émergence des plantes et la productivité finale.
Plus encore, les résultats obtenus à la lumière de l’étude, indiquent clairement que le poids accordé par certains sélectionneurs au taux d’émergence, ne paraît pas justifié. En effet, sur le plan pratique, les variétés qui présentent un taux d’émergence moins élevé sont systématiquement éliminées par les agriculteurs.
Or ce défaut d’émergence peut facilement être corrigé par la modulation de la densité de semence ; ce qui permet, par la suite, de valoriser des variétés qui possèdent parfois une potentialité de production élevée en milieu salin.

Ce travail de recherche s’inscrit dans le cadre d’un projet international « Gestion de l’eau en climat méditerranéen » porté par l’Inra (Partenaires : Université de Wageninge, pays-Bas ; International Centre for Advanced Mediterranean Agronomic Studies - CIHEAM, Bari, Italie et International Center for Agricultural Research in the Dry Areas - Icarda, Alep, Syrie).

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Le sel, les sols et les plantes

Le problème de salinité du sol se rencontre fréquemment dans trois situations :

  • dans les régions arides et semi-arides, lorsque la gestion de l’irrigation est mal maitrisée ;
  • dans les régions où l’eau douce est devenue rare et où l’on est obligé d’irriguer avec de l’eau de qualité inférieure autrement dit qui contient un peu de sel ;
  • lors de l’immersion par la mer des surfaces agricoles proches (situation en Vendée en 2010, après le passage de la tempête Xynthia).

La salinité du sol résulte de l’augmentation de la teneur en sel dans la solution du sol, ce qui provoque  une diminution de son potentiel hydrique – c’est-à-dire de sa capacité à libérer l’eau, plus la solution est concentrée et moins les molécules d’eau ont le pouvoir de la quitter.
Il en résulte, pour les plantes cultivées sur ces sols, des difficultés à extraire l’eau alors que celle-ci n’est pas limitée sur le plan quantitatif.

Référence

Katerji N. et al. 2012. Emergence rate as a potential indicator of crop salt-tolerance. European Journal of Agronomy. 38: 1